Autres soins énergétiques

Autres soins énergétiques

« Le monde est constitué d’éléments invisibles et subtils que nous ne pouvons percevoir qu’avec notre coeur ou notre intuition. »

Frédéric Lenoir

Aromathérapie et énergétique

Considérées par les civilisations antérieures comme « l’âme et l’esprit des plantes », les huiles essentielles étaient perçues par le passé comme éminemment précieuses. Autrefois, seuls les chamans, les prêtres-médecins et les nobles avaient le droit de les employer.

On peut aborder l’aromathérapie comme un simple outil phyto-allopathique à base de biochimie et d’aromatogramme ou comme un outil de développement holistique basé sur la connaissance des chakras et de l’énergétique.
Certaines écoles d’aromathérapie, en particulier issues du monde anglo-saxon, sont moins rigoureuses que celles d’approche médico-scientifique de l’école française, qui passe bien souvent sous silence l’aspect global de la plante et son côté vibratoire.
Ces écoles considèrent avant tout l’aromathérapie comme une thérapie énergétique et emploient les huiles essentielles en les associant aux sens olfactif ou tactile.
Ces deux approches ne sont pas forcément antagonistes et peuvent au contraire se combiner avantageusement.

Les huiles essentielles n’ont pas seulement un effet guérisseur sur le corps physique. Elles ont aussi une action sur notre système hormonal et agissent sur notre état psycho-émotionnel et spirituel, sur nos sens, nos corps subtils et les centres énergétiques que sont les chakras et les points d’acupuncture.

Enracinées dans la terre, les plantes aromatiques auraient parfois besoin, pour se maintenir en vie, de se déplacer dans un endroit plus riche en éléments nutritifs mais elles ne le peuvent pas. Aussi se servent-elles de leurs essences comme réserves d’énergie dans lesquelles puiser en cas de changements climatiques.
De même, les plantes ne peuvent pas fuir les agressions qui se présentent à elles, mais elles peuvent en revanche faire fuir leurs agresseurs. Les plantes aromatiques utilisent leurs essences pour se protéger d’attaques microbiennes, les molécules aromatiques font partie de leurs défenses.
Enfin, les plantes aromatiques se servent de leurs essences pour communiquer. Lorsqu’elles perçoivent la présence de micro-organismes néfastes à leur survie, elles envoient des messages d’alerte aux plantes voisines. Ainsi, la première plante touchée communique avec les plantes environnantes en produisant des molécules aromatiques qui fonctionnent suivant le principe des phéromones. Par la diffusion de ces phyto-phéromones, la plante informe ses congénères du danger et leur signale qu’il est temps de sécréter tel principe chimique pour se défendre contre l’agression.
Si l’on poursuit cette vision anthropomorphique des plantes aromatiques pour élucider l’utilité des essences pour l’homme, nous ne pouvons ignorer l’analogie entre ce système de communication aromatique et le système endocrinien hormonal qui régit le bon fonctionnement de l’organisme humain et animal.
Si les plantes aromatiques savent repousser les éléments de leur environnement, elles savent aussi les attirer. Elles se servent de leurs essences aromatiques pour attirer les insectes et assurer leur fécondation.
Cet échange vital entre insectes et plantes nous conduit à concevoir l’effet bénéfique qu’exercent les parfums des fleurs et les essences sur l’équilibre nerveux et le bien-être général de l’être.
En effet, le sens de l’odorat est directement lié à cette partie précieuse du cerveau qui est le siège des émotions et de la mémoire.

La première condition de notre vie est le souffle. Par le premier souffle nous commençons notre vie terrestre, par le dernier souffle nous quittons matériellement la vie terrestre. Entre cette première inspiration et l’expiration dernière, notre diaphragme et nos côtes auront rythmiquement accompagné chaque instant de notre vie, en lien étroit avec notre cœur.
Les huiles essentielles possèdent une aptitude à aider la fonction respiratoire à nulle autre pareille, du fait de la connexion entre la cage thoracique et le nez. Qui parle de nez parle d’olfaction.
Si une odeur nous agresse, par réflexe de protection nous allons modifier notre souffle et le restreindre. Si une odeur nous attire, nous allons amplifier notre souffle, ouvrir en grand notre cage thoracique et par là même aussi notre cœur, car cette senteur nous touche et nous émeut.
On se rend ainsi compte de cet extraordinaire lien indissociable : nez – olfaction – respiration – émotion.

Aromathérapie et acupuncture : aromapuncture

Le souhait de traiter tout être vivant dans sa globalité « corps-esprit » m’a progressivement conduite au désir de combiner le système énergétique des chakras (utilisé en Reïki) et celui de l’acupuncture de la Médecine Traditionnelle Chinoise, ce travail de recherche ayant fait l’objet de mon mémoire de fin de cycle de praticien shiatsu.

La science a progressivement prouvé l’existence d’énergies subtiles utilisées par les thérapeutes. Chaque chakra a un lien avec le corps physique, comme un point d’acupuncture. On peut dire que chaque point d’acupuncture sur la surface du corps représente un « mini-chakra ». Chaque point d’acupuncture, ou point réflexe, est un point de l’énergie (Qi) qui résonne à une fréquence particulière. Chaque aspect physique d’un chakra représente un méridien particulièrement puissant ou un point hors méridien.
Cette énergie peut être utilisée avec l’acupuncture aussi bien qu’avec les mains. En utilisant les points d’acupuncture de la MTC, on peut influencer le flux du Qi dans le corps, qui active à son tour les autres aspects du chakra d’une manière subtile.
Tout comme les corps éthérique, émotionnel, mental et l’aura peuvent influencer le corps physique, la stimulation de l’aspect physique des chakras peut influer sur le plan éthérique et les autres corps subtils.
Chaque chakra majeur est lié à un, deux ou trois méridiens comprenant les huit Vaisseaux Merveilleux.

L’aromathérapie énergétique associe cette connaissance de l’âme des plantes et des huiles essentielles à la science des chakras et des corps subtils, ainsi qu’à toutes les fonctions sensorielles, en premier lieu les sens olfactif et tactile.
Elles agissent donc au niveau de notre équilibre psycho-émotionnel et physique. Les huiles essentielles peuvent ainsi influencer subtilement et efficacement le fonctionnement de notre physiologie.

L’état de notre corps physique est la conséquence d’une multitude d’informations et de processus qui se sont accumulés au fil du temps et qui ont été stockés dans nos centres énergétiques. Toute notre histoire personnelle, y compris celles issues de nos vies précédentes, est contenue dans ces centres énergétiques.
Une accumulation de pensées négatives peut enrayer ou bloquer le bon fonctionnement d’un chakra (et la circulation du Qi). Par enchainement, ce dysfonctionnement peut contaminer un ou plusieurs chakras, puis créer diverses pathologies sur l’ensemble de l’organisme.

Les chakras sont comme des carrefours : ce sont des centres énergétiques qui règlent les différentes fonctions de notre corps et qui les nourrissent.
L’application d’une huile essentielle sur ces centres énergétiques fait appel à tout son magnifique potentiel : par une application tactile, elle agit de manière biochimique par l’interface cutanée et à un niveau plus subtil sur le psycho-émotionnel grâce à l’olfaction.